17 janvier 2011

euskara

DSC00060

Je suis en vadrouille au pays basque. En fait, on ne vadrouille pas au pays basque, on visite, on apprend, on s'informe, on s'imprègne … de  paysages grandioses, d'océan, ah! l'océan, de culture et de … langue basque ! - prononcez euskara -

J'ai toujours été subjuguée par le langage, tous les langages … alors là je suis servie … fascination de l'hermétique , étrange musicalité.

Fastoche, m'a-t-on dit, tout se prononce ! Ah ben oui, quand on le sait, tout de suite, c'est plus clair !

le g se prononce gue, le z s, le x ch, et il n'y a pas d'accents ... facile en effet !!!


DSC00062

Se balader dans Saint jean de Luz – prononcez  Luce -  est un réel plaisir, le port, le maison de l'infante, l'air marin et la grande plage déserte ( vive le mois de janvier ! ).

Tout est écrit bilingue et ça m'amuse.

J'ai longé l'océan jusqu'à Socoa et musardé dans les petits villages, Ainhoa par exemple – prononcez Aïnoha - un petit bijou de maisons traditionnelles et très anciennes. J'y ai rencontré des gens sympas, merci pour le fromage de brebis, la prochaine fois j'apporterai la confiture de cerises noires !


DSC00073

 

Je n'ai pas vu d'ours – prononcez ours – j'ai dit : dommage, et le Spécialiste : ouf !- prononcez ouf et comprenez : tant mieux. Je n'ai pas, non plus, pratiqué la pelote basque, parce que c'est … imprononçable !

Il est un sujet de conversation à manier avec délicatesse. La politique … ou le nationalisme  – prononcez ... euh non, ne vous prononcez pas ! - Chacun ses affaires – prononcez puska - !

DSC00030

 

J'ai visité des églises au style labourdin, avec leurs tribunes de bois foncé, à Urrugne – Urruna – prononcez gna –  par exemple. Evidemment les explications sont bilingues et les livres de cantiques aussi.

En sortant de l'église, une vieille dame m'a dit :  « jauna, zu, gure begiralea eman gaur ere zure baken » - débrouillez-vous ! -

J'ai donc pris mon petit livret « comment être à l'aise dans ses espadrilles en toutes circonstances » et j'ai essayé de faire des rapprochements phonétiques :  alors voyons voir – vous avez du roti de boeuf ?- Peu probable ! -  je voudrais une paire de chaussettes – non plus ! - comment s'appelle cette rivière ? -  surréaliste !

Je n'ai pas trouvé et la patience n'étant pas ma vertu première j'ai osé un : elle me pompe l'air l'ancêtre  – comme ça se prononce, mais à voix basse de préférence ! -  et tout en gardant le sourire spécial touriste sympa j'ai poursuivi ma route. Peut-être, cette brave femme m'a-t-elle tout simplement dit : - garde mon âme dans la paix, près de toi Seigneur. -

Alors là, Il va avoir du boulot, mais bon, ce n'est pas le propos du jour, un autre fois peut-être !

En attendant, je vous dis à bientôt, enfin ... sarri arte !

DSC00039

 

j'allais oublier : j'ai acheté un C.D. de chants basques ! J'aime les choeurs, je trouve cela très beau ... mon entourage, pas du tout du tout !
j'ai donc une arme redoutable ... pour obtenir ce que je veux ( vous pouvez prononcez chantage, ça m'est égal !!! )

Posté par sabledutemps à 08:36 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


Commentaires sur euskara

    Agur, agur adiskide...ha, ha, il dit quoi ton dictionnaire?
    Les choeurs basques, j'adore aussi!
    Jolie chronique, le pays basque, moi je ne connais que le côté español, est en effet superbe...et on y mange si bien aussi.
    Bonne balade Sable, laster arte, à bientôt.
    (j'ai employé un dictionnaire car je ne connais pas un mot de Euskara)
    Besos.

    Posté par colo, 17 janvier 2011 à 10:24 | | Répondre
  • Et la recette de l'Axoa?

    Axoa basque
    Ragoût de veau traditionnel du pays basque du canton d’Espelette qui s’accompagne presque toujours de pommes de terre sautées.
    Difficulté :
    Très facile
    Préparation : 15 mn
    Cuisson : 30 mn
    Courses pour 6 personnes :
    1 kg à 1,2 kg de veau dans l’épaule
    2 oignons
    200 gr de jambon de pays avec du gras
    2 gousses d’ail
    6 piments verts doux ou piments d’Anglet
    Piment d’Espelette en poudre
    Sel
    -Interlude- (la recette suit)
    Axoa & Saut à l'élastique.
    Il n'y a que des bonnes raisons d'aller au Pays Basque, le pays de la force, des hommes cubes (1.60m[au garrot]X1.60m [aux épaules]), du surf et de la montagne. J'y passe pour la course à pieds: Les 20 Km d'Ossès ou d'Espelette, la Montée de la Rhune du coté d'Ascain et la traversée de la baie ( à la nage) à St Jean de Luz, du coté du mois d'Aout . Dans un autre genre, la tombe de Luis Mariano, la maison natale de Georges Guéthary, la propriété de Ravel à Ciboure. Et l'Axoa!
    St Jean de Luz.Natation et triathlon.
    Pour me remettre de cette eaux salée ingurgitée involontairement pendant les 1.8 Km de la traversée de la baie, nous dinons d'Axoa dans ce petit resto, derriére la digue, pas trés loin de la maison de l'infante devenue musée et de l'église où fut marié Louis quatorziéme avec Mademoiselle (plus pour longtemps) Marie-Thérèse d'Espagne (anecdote en passant:La porte permettant le passage du monarque à la grosse tête fut murée pour, dit-on, que personne ne passe aprés LUI). La salle de pierres pourpres et blanches, de poutres apparentes est faite de recoins minuscules et sombres. Dans l'intimité dansante des bougies tes yeux humides et brillants me disent-"qu'est-ce que t'attends?"Trop tard: nos deux nains, Alice & Ben, arrivent et nous donnent les dernières nouvelles de mon ainé grâce à leur portable:-"David saute du pont"C'est ça les enfants, laconique, concis mais inquiétant! Pas de panique il ne s'agit pas de suicide mais de Base Jump.
    Le lendemain, le G.P.S nous tire par l'oreille jusqu'à Luz St Sauveur et nous dit:" vous zêtes zarrivés". En effet, un attroupement sur le pont annonce le spectacle. David est là avec ses potes. Germain Gauche le préposé au harnais , maladroit et distrait (tu vas voir) arnache les candidats au saut de la mort et retire quelques brins de l'élastique pas encore fixé au pont pour adapter le fil de la future araignée, le précèdent sauteur (Fanou) pèse le double du poid de ma crevette. Afin de distraire son appréhension, je parle bouffe:
    -"T'as mangé?"
    -oui, une Axoa!"
    Et il saute!
    A-t-il entendu les derniers(!) mots de Germain-le-distrait?
    -"ATTENDS! j' t'ai pas fixé"(à suivre)
    -entracte-
    Recette :
    Vous coupez la viande en petits dés de 1 cm de côté au maximum.
    Vous pelez et émincez finement les oignons.
    Vous coupez le jambon en tous petits dés, en réservant les dés de gras à part.
    Vous faites chauffer une poêle épaisse sur feu modéré,
    Vous y faites fondre le gras de jambon, puis vous y jetez les oignons et les dés de jambon, vous les faites revenir puis vous ajoutez la viande et les gousses d’ail pelées et écrasées.
    Vous faites rissoler 10 mn en remuant souvent.
    Au bout de ce temps vous ajoutez les piments verts équeutés, épépinés et coupés en fines lanières.
    Vous mélangez pendant quelques minutes, vous couvrez et vous terminez la cuisson à l’étouffée pendant 20 mn environ.
    Vous assaisonnez en fin de cuisson seulement avec une pointe de piment d’Espelette et du sel.
    Vin d'accompagnement
    Un Irouléguy local du Domaine Arretxea, rouge évidemment
    (suite et fin)
    Bien sûr qu'il a entendu. Debout sur le parapet, au dessus de 90 mètres de vide , le ruisseau semble être un serpent allongé dans la fente du vallon et les arbres les plus élancés chatouillent à peine le bas-ventre de l'arche en agitant leur cime sous le souffle du vent. Il a sauté comme à la piscine, tête la première et a gerbé de trouille son quatre heure comme à la recrée en entendant le dernier(?!) mot aux perspectives funestes. Son corps aspiré par le gouffre se réduit a vu d'oeil. Il dépassé son vomi en détaillant la recette a peine décomposée, appréciant une ultime fois le rouge tomate et la teinte des pommes sautées encore dorées mais plus croustillantes. Le ruisseau se jette a son visage déformé par la vitesse et la terreur. Un fil de salive étiré par l'accélération violente de l' interminable chute finale le relit encore à son rejet gastrique. Il ne remplacera pas le caoutchouc prévu pour le rappel chez les vivants tout là haut qui le regardent tomber. Le temps s'est arrêté, son corps aussi, une fraction de seconde.Le fouet, à ses pieds attaché, claque et se tend. Quelques mètres en dessous, l'eau affleure à peine les roches et les cailloux du torrent, puis il remonte façon balle de jokari. Germain-distraitmaispasque- est aussi farceur: Le fil est bien relié au pont! Alors le miraculé se met à rebondir comme un yoyo vivant. Sa trajectoire finit par croiser et venir à la rencontre de l'ex-Axoa. Et l'Axoa, c'est bien connu, c'est encore meilleur réchauffé.
    The force be with you, tu m'as fait peur, Dadou!

    Posté par Alex C, 17 janvier 2011 à 13:45 | | Répondre
  • T'ain, les fautes.

    "il A dépassé son..." et quelques accents qui manquent!
    Pardon Maîtresse!
    A propos d'accent moi je prononce "Luz" Lousss' avec la langue qui se traîne et s'avance sur les incisives vers le sss interminable comme un souffle qui passe. Le U qui est, comme dans tout idiome qui se respecte, en réalité un "ou" comme dans loup.
    Je devient pédant là, non?

    Posté par Alex C, 17 janvier 2011 à 14:53 | | Répondre
  • Bah, que dire après lui ...

    Sinon donc, c'était bien, c'est ça?

    Posté par Ortie, 17 janvier 2011 à 21:19 | | Répondre
  • moi je dirais bien "dis tu m'emmènes?"...

    Posté par Francoise D., 17 janvier 2011 à 21:29 | | Répondre
  • @ Colo: salut, salut amie!!! Mon périple est terminé et j'ai retrouvé le pays...roannais, nettement moins typique hélas...mais plus facile à traduire!
    je t'embrasse très fort.
    @ Alex: merci pour la recette! Je ne risque pas de "redonner"(!)l'axoa et autre poulet basquaise,je pratique le taï-chi-chuan, sport tranquille comme son nom ne l'indique pas!(ce n'est pas une blague). Pour "Luz prononcé Luce" c'est la version française, le nom en basque est différent et très compliqué. Mais bon je ne prétends pas connaître grand-chose, je reste
    avant tout...germaniste!!!
    Amitiés.

    Posté par sable du temps, 17 janvier 2011 à 21:36 | | Répondre
  • @ Ortie: très bien. Climat très doux, végétation bien verte, idéale pour les "ronces" et les "orties"!
    @Françoise: chiche? tu viens seule ou faut prévoir le mode "transport en commun"?!!!

    Posté par sable du temps, 18 janvier 2011 à 09:02 | | Répondre
  • seule moi???????? tu veux rire!!!!....j'suis forcément patchée...hum, tu préfères mes enfants ou mes parents??????????????????.....non, parce que selon tes préferences, je m'abstiens de venir...tape 1 pour enfant, tape 2 pour parent....il en va de tes vacances!!!!

    Posté par Francoise D., 18 janvier 2011 à 22:19 | | Répondre
  • oh allez soyons folles! amène tout le monde...on se fera une soirée Axoa, Alex m'a filé la recette!

    Posté par sable du temps, 18 janvier 2011 à 22:40 | | Répondre
  • Divin Alex.....j'aimerais être folle!!!

    Posté par Françoise D., 19 janvier 2011 à 09:20 | | Répondre
  • Agur

    Saint-Jean de Luz " Donibane-Lohitzun " da euskaraz ^^.

    Agur bero bat Euskaditik!

    Posté par Angele, 20 janvier 2011 à 23:33 | | Répondre
  • Salut à vous Angèle et merci!
    Vous me donnez vraiment envie d'y retourner...en septembre peut-être...

    Posté par sable du temps, 21 janvier 2011 à 07:33 | | Répondre
  • au fait, Angèle, on peut vous lire quelque part?

    Posté par sable du temps, 21 janvier 2011 à 08:25 | | Répondre
Nouveau commentaire