08 février 2011

cassure

Assise au balcon, les souvenirs reviennent …

l'histoire de la petite fille qui n'aimait pas les valises.
elle vivait sa vie de môme de cinq ans, avec ses deux vieux ours en peluche , son énorme ballon multicolore. Elle adorait jouer dans les flaques d'eau et grimper sur la grosse caisse à bois derrière le poêle. L'hiver, elle traversait Divonne enneigé, tirée sur une luge, c'était drôle et joyeux  ... les biscuits de la boulangère, les cartes parfumées ( au sentbon ! ) de la coiffeuse, les bonbons à la menthe forte et l'eau qui pique ! Elle jouait avec le chien sous le marronnier de la cour ( mais était-ce bien un marronnier ? )  Jours de rêve emplis de la bonne odeur de la scierie voisine ...
un matin, on lui a dit : -  on part - et mon chien ? - aussi ...
Il y a eu du bruit, de l'effervescence, de l'angoisse, des valises et plus de jardin, plus de ballon, plus d'ours râpeux.
La petite fille n'a jamais pu se souvenir de l'après ... l'après n' existe pas.
Et aujourd'hui encore ... je n'aime pas les valises.

Le soir tombe, il est temps de rentrer.

.

Posté par sabledutemps à 22:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur cassure

  • C'est tout à fait ça ! Et j'en ai fait des valises...
    Sentbon et eau qui pique, marrant de retrouver sur les bords du lac Léman ces expressions que j'ai utilisées dans mon enfance à Charleroi.

    Posté par Walrus, 09 février 2011 à 08:45 | | Répondre
  • Walrus : le langage de l'enfance n'a pas de frontières, ce sont les adultes qui cassent tout.
    Merci d'être passé.

    Posté par sable du temps, 09 février 2011 à 11:40 | | Répondre
  • Une jolie histoire, un peu triste, un peu nostalgique...
    Certains souvenirs d'enfance nous laissent des traces indélébiles, que l'on "traîne" toute sa vie...
    Belle fin d'après-midi à toi, Sable du temps.

    Posté par Françoise, 09 février 2011 à 16:06 | | Répondre
  • Bagage, dégage!

    Dans le coeur de la petite fille qui n'aime pas les valises sommeillait une femme qui aime les voyages.

    Posté par Alex C, 09 février 2011 à 21:21 | | Répondre
  • "Quand je me tourne vers mes souvenirs
    Je revois la maison où j'ai grandi..."
    Françoise Hardy
    Douce nostalgie qui ne me surprend pas trop; les flaques m'avaient mise sur la piste....
    Belle journée Sable, un besito.

    Posté par colo, 10 février 2011 à 07:51 | | Répondre
  • T u n'aimes plus les valises, mais quand tu fais tes bagages, tu penses toujours à y mettre dedans le petit paquet de pastilles à la menthe.ça a du bon, l'enfance....des fois!

    Posté par Francoise D., 10 février 2011 à 15:21 | | Répondre
  • Françoise: ces traces un peu rudes rendent les souvenirs d'enfance bien vivaces, c'est le positif de l'histoire. Merci de votre visite.
    Alex : j'apprécie le titre qui colle à l'instant!.. oui elle aime les voyages...des mots, des paysages, des envies de rencontres, des empreintes, des traces, des émotions...pour seul bagage.
    Merci. Amitiés.
    Colo : merci,toi aussi tu comprends tout...et les bottes "plastique" c'est pratique en voyage !!!
    Je t'embrasse très fort.
    françoiseD :les bagages, quel cauchemar je suis "bagageophobe" c'est un terme très moche et complètement inventé, mais qui reflète bien la situation( même avec les bonbons à la menthe ).
    à bientôt.

    Posté par sable du temps, 10 février 2011 à 22:40 | | Répondre
Nouveau commentaire