31 mars 2014

Quelque part

Pour " un mot une image une citation "

écrire un texte d'après l'illustration

 

photo par pippalou

 

  

Esther somnole. … Du tréfonds de sa mémoire, les cris, les pleurs, l’odieux sifflement l’ont réveillée, comme chaque nuit depuis si longtemps.



- “ Ecoute maman, le fil de fer grésille, il siffle ! “

  - “ C’est le barbelé, mes chéries, il est électrifié, ne vous approchez pas ! “

 

Là-haut, sur le mirador, les soldats veillent, mitraillette au poing.

 

De l’autre côté, les prés sont verdoyants, le printemps éclate, tout en fleurs sous le bleu du ciel.

- “  Dis maman, Sarah et moi, on peut aller courir sur l’herbe et cueillir des jacinthes ? “

  • Pas encore, pas aujourd’hui, bientôt, je vous le promets. Ne vous approchez pas ! “

 

De l’autre côté, les gens passent, indifférents. 

- “ Dis maman, pourquoi les grandes personnes lorsqu’elles nous voient, tournent la tête ? ”

  • Peut-être parce qu’elles ne nous connaissent pas et ne savent combien vous êtes merveilleuses mes chéries. Ne vous approchez pas, restez près de moi ! “

 

De l’autre côté, les enfants blonds aux joues roses, sont en bonne santé, bien nourris.
Ils rient, ils chantent à tue-tête des refrains joyeux, leurs beaux habits sont neufs et propres, leurs chaussures vernies brillent sous le soleil.
- “ Dis maman on peut aller jouer avec eux ? “
- “ Non, ne vous approchez pas, revenez ! les enfants revenez, reven...… ! “
 
Esther voudrait ne plus voir, ne plus entendre le bruit des armes, le hurlement de sa mère, le corps de Sarah recroquevillé sur le barbelé, tressautant sous les balles. 
Mais pour oublier cet enfer, il lui faut revivre nuit après nuit, spirale infernale, se souvenir seconde après seconde, de l’instant où le monde a basculé dans la folie et cessé d’exister.
Le jour s’est levé, Esther ne se rendormira pas.
                                             ...

Posté par sabledutemps à 09:21 - - Commentaires [24] - Permalien [#]


Commentaires sur Quelque part

  • Un cauchemar dont on voudrait perdre le fil.

    Posté par Cristophe, 31 mars 2014 à 09:50 | | Répondre
    • Cristophe :
      Mais le piquant du fil nous rappelle à lui.
      Merci d'être passé.

      Posté par sabledutemps, 01 avril 2014 à 08:16 | | Répondre
  • La mémoire qui chante, qui crie, qui hurle dans le silence de nos nuits. Ma chère Sable du Temps, les mêmes sujets nous traversent depuis longtemps. Beau et triste!

    Posté par Chêne vert, 31 mars 2014 à 14:17 | | Répondre
    • Chêne vert :
      Que cette mémoire ne s'endorme jamais, qu'elle nous tienne éveillés, nous
      devons cela à celles et ceux qui ne peuvent plus témoigner.
      Nos sujets de reflexion d'écriture de pensée sont proches, c'est vrai je
      l'ai remarqué. Continuons à cheminer de concert et témoignons encore
      longtemps.
      Bonne soirée, merci pour ton message.
      Amicalement.

      Posté par sabledutemps, 31 mars 2014 à 22:08 | | Répondre
  • Re-bravo !!! C'est superbe.

    Posté par joye, 31 mars 2014 à 18:14 | | Répondre
    • Joye :
      Re-Merci pour l'invitation à écrire chez toi ! ! !
      Cordialement.

      Posté par sabledutemps, 31 mars 2014 à 22:10 | | Répondre
  • notre mémoire collective ne peut oublier, puisse en être ainsi encore longtemps et pour de nombreuses générations, car le temps ne nous pardonne pas ce que l"on fait sans lui...

    Posté par seia, 31 mars 2014 à 19:37 | | Répondre
    • Seia :
      à nous de faire preuve de vigilance. Ne pas oublier, témoigner, informer
      les jeunes générations ( et même les moins jeunes d'ailleurs ! ) Brecht
      disait : " Le ventre est fécond d'où est sorti la bête immonde . "
      Bonne soirée
      La bise.

      Posté par sabledutemps, 31 mars 2014 à 22:23 | | Répondre
  • Bonsoir ma chère Sable, ton billet est magnifique et triste à la fois. Tu décris si bien!
    Les souvenirs sont ancrés en nous et nous en rêvons parfois, en tout en ce qui me concerne.
    Douce soirée, Sable avec de gros bisous!

    Posté par Denise, 31 mars 2014 à 21:04 | | Répondre
    • Denise :
      On rêve qu'il n'y ait plus jamais de barbelés et tout ce que cela
      représente. Hélas c'est une utopie. Mais nous pouvons quand même faire en
      sorte qu'ils ne piquent plus.
      Gardons l'oeil bien ouvert, ne nous endormons pas.
      passe une bonne soirée, en rêvant au bleu de Morges !
      je te fais de gros bisous ma chère Denise.

      Posté par sabledutemps, 31 mars 2014 à 22:34 | | Répondre
  • Tu prêtes ta plume, ta voix à tous ceux/celles qui ne sont jamais arrivés à en parler: un barbelé dans la gorge les en empêchait...
    Un récit délicat et terrible...
    Un beso dame Sable.

    Posté par colo, 01 avril 2014 à 15:50 | | Répondre
  • Colo :
    Le sujet revient régulièrement, c'est plus fort que moi, il faut que cela sorte et que j'en parle. Témoigner de l'enfer est impossible, c'est pourquoi ceux qui sont revenus n'ont pas pu. Maisn nous, nous pouvons et nous devons, pour eux et pour ceux qui sont restés.
    Je t'embrasse dame Colo !

    Posté par sabledutemps, 01 avril 2014 à 16:42 | | Répondre
  • Lycéenne, en cours d'Histoire, je faisais des exposés sur ce sujet. J'étais alors révoltée face à la connerie des rires de mes comparses de classe, lorsque j'évoquais les faits. J'étais si sensibilisée aux camps d'extermination. Si je me souviens bien, je les ai incendiais. Le prof était présent, bien sûr.
    Dans le cartons de photos, il y en a certaines prises par mon papa, lors de l'ouverture d'un camps en Allemagne, lorsque la 2ème DB y était.

    Posté par LOU, 01 avril 2014 à 19:38 | | Répondre
    • LOU :
      Je n'ai pas souvenir de discussions hostiles lorsque j'étais élève au
      collège et lycée, sur ce sujet, peut-être parce que les faits évoqués
      étaient encore relativement proches.
      Evidemment aujourd'hui pour les collégiens, 39-45 ou Louis XIV, c'est du
      pareil au même, des trucs d'ancien temps du livre d'histoire, qu'il faut
      apprendre parce que l'interro est notée ! ! ! ( c'est du vécu ! )
      En revanche ils sont assez réceptifs lorsque l'on aborde le sujet des
      droits de l'homme. Par ce biais-là on peut discuter et faire passer le
      message ... ou tout au moins essayer !
      Bonne soirée et la bise.

      Posté par sabledutemps, 02 avril 2014 à 22:46 | | Répondre
  • Le grand père de mon épouse est mort à Dachau , sa grand mère a passé trois ans à Dora . Elle n'a jamais pu témoigner entièrement de toutes les horreurs qu'elle a eu à subir. Sa seule consolation a été une médaille que De Gaulle lui a remise pour ses "exploits".
    Je me suis toujours demandé comment , lorsqu'on a miraculeusement réchappé de ces enclos de la mort, il est encore possible d'avoir quelque foi en la nature humaine.

    J'ai été très touché par ce texte, Sable . Merci

    Posté par gérard, 02 avril 2014 à 06:30 | | Répondre
    • Gérard :
      Merci pour votre témoignage qui m'a touchée. Beaucoup de déportés sont
      rentrés et n'ont pas pu raconter parce que le décalage entre le monde "
      normal " et l'enfer d'où il venait était inimaginable. Personne ne pouvait
      comprendre, cela dépassait l'entendement. Et puis il y a ceux qui ne sont
      pas rentrés. Que notre voix continue à parler pour eux afin qu'ils ne
      sombrent pas définitivement dans l'oubli. Je considère cela comme un devoir.
      Je vous souhaite une bonne soirée Gérard et vous remercie encore.
      Amicalement

      Posté par sabledutemps, 02 avril 2014 à 23:02 | | Répondre
      • Cette femme était pourtant une force de la nature, elle avait la foi et c'est en grande partie cela qui l'a fait tenir.

        Elle nous a raconté ses nuits passées nue sous la neige à deux heures du matin ,ses bourreaux attendant que les femmes s'écroulent une à une.
        Elle nous a brièvement relaté , car les mots ne sortaient pas, ce que des apprentis-bouchers faisaient subir à d'autres femmes sous prétexte d'expériences scientifiques.

        Elle nous a décrit les maladies , le typhus, les parasites, la famine et la soif qui les obligeait à boire leur propre urine... les conditions d'hygiène, la promiscuité,et ses voisines qu'on retrouvait décédées le matin sous leur couverture souillée....
        .....les ricanements et les insultes des "capos" femmes, les coups qui pleuvaient à chaque semblant de rébellion, les désespérées qui préféraient mourir sous les balles comme Sarah...

        ....et leur cadavre qu'il fallait entasser dans des charrettes et qui allaient servir de combustible pour leurs fours crématoires.

        Je sais , tout ceci est insupportable à écrire et à lire, mais à entendre mécaniquement récité par cette femme en apparence si forte, les yeux perdus dans le vide, la gorge serrée et les poings fermés, ce sont des souvenirs que je n'oublierai jamais.

        J'ai rencontré quelques unes de celles qui l'ont accompagnée dans cet enfer. Elles la décrivaient toutes comme une personne qui passait son temps à réconforter les autres, à les soutenir, à leur trouver une place, un peu de nourriture, qui se privait même pour les soulager.

        Elle est décédé à 87 ans après avoir vaincu trois cancers. Elle aura vraiment connu la guerre jusqu'au bout . J'espère que là où elle est elle connait enfin la paix. C'était une des dernières résistantes.

        Il faut donc se garder de tout ce qui peut nous conduire à la détestation de "l'autre", à toute haine, à toute stigmatisation.
        Et pourtant nous traversons une période où l'agressivité , le mépris, le rejet de tout ce qui ne nous ressemble pas sont devenus chose courante.
        Il est donc de plus en plus important de se souvenir que la folie d'un homme et la lâcheté de beaucoup d'autres ont pu conduire à cet épisode le plus tragique de notre histoire.

        Très bonne journée Sable ..et pardon si ces faits ont été relatés un peu "crûment".

        Posté par gérard, 03 avril 2014 à 07:19 | | Répondre
        • Gérard :
          Vos mots bouleversants devraient-être lus par tous. Comment voulez-vous
          que quelqu'un écoute et comprenne ce genre de propos en 45 au retour des
          camps. Il a fallu du temps pour que l'on admette ou que l'on intègre ce que
          les déportés avaient vécu.: la déshumanisation, le génocide programmé
          industriel, la folie.
          Mon grand-père qui est revenu d'un camp de prisonnier, m'a raconté le froid
          les privations, les brimades le manque de soins mais aussi la solidarité
          entre prisonniers, l'envie de s'en sortir de vivre de ne pas se laisser
          couler. Il s'estimait chanceux par rapport aux autres, ceux qui ont été
          déportés, Il m'a appris la tolérance. Je n'ai jamais entendu de sa part un
          seul propos haineux. Je lui dois beaucoup. Ma grand-mère pendant ce temps
          -là se battait d'une autre façon elle était courrier dans la résistance. Je
          ne l'ai pas connue elle est morte juste avant ma naissance.
          Merci Gérard pour votre témoignage. Je vous souhaite une bonne soirée et un
          excellent week-end.

          Posté par sabledutemps, 04 avril 2014 à 15:44 | | Répondre
  • Poignant!
    Et pendant ce temps-là on racontait que ...
    Et certains osent dire que "c'est un détail"!!!!

    Posté par G.Policand, 02 avril 2014 à 18:43 | | Répondre
    • G.Policand :
      Certains négationnistes ont pignon sur rue, sont célèbres, et enseignent (
      ou ont enseigné, il n'y a pas si longtemps ) en fac ! Le drame c'est que
      ces idées font leur chemin et plus l'on s'éloigne du temps de ces
      événements et plus l'intox est facile. L'antisémitisme est un mal qu'aucun
      vaccin ne guérira jamais. Il en va de même pour la bêtise humaine ( je suis
      polie ! ) hélas ! A nous de la combattre.
      Merci pour votre commentaire sur ce billet dont le sujet me tient
      particulièrement à coeur;
      Excellente soirée.

      Posté par sabledutemps, 02 avril 2014 à 23:12 | | Répondre
  • Bonjour Sable,
    Je suis sur ta page, et lis intensément tes mots... la guerre, les camps....émue... cela me rappelle le voyage - j'avais 10 ans - que j'ai pu faire avec mon grand-père Léon en 1956, le père de mon père lui-même né en 1914, ... avec les anciens Combattants de la Grande Guerre... j'ai revu Verdun, en vrai.. les fils barbelés, ou ce qu'il en restait.. les traces de cette Mémoire-là... le Livre d'Or où était inscrit le nom de mon grand-père, les tranchées, le cimetière, l'Histoire racontée, vécue... un grand choc pour moi et Léon.. il m'avait choisie parce qu'était "grande" pour mon âge... raisonnable.. je crois, et le suis restée ... trop peut-être.. j'avais quelques autres cousins, cousines, plus jeunes que moi... ou peut-être moins à l'écoute... je suis revenue changée de ce périple, de ce voyage qui est devenu intérieur. Mon grand-père avait 76 ans... il est décédé quelques petits mois après...
    J'ai raconté cette histoire dans "Au plus profond de ma mémoire" dans des notes personnelles que tu pourras lire sur mes blogs.. surtout "de la fenêtre.... " dans un petit fascicule offert à maman Camille pour ses 90 ans, le 30 décembre 2011,ainsi que son histoire d'enfant "abandonné" à la naissance, ainsi que l'histoire de Justin mon papa.. de ses frères, ici en Provence... leur rencontre, leur histoire... avec une correspondance échangée entre Juliette ma grand'mère paternelle et son mari, Léon pendant cette guerre.. Très touchant. ils avaient 3 jeunes enfants... dont papa qui avait 3 mois lorsque la guerre de 14 a débuté..
    Tu seras intéressée, je crois..
    Une bonne journée je te souhaite, comme tu aimeras.
    Bisous.
    Den

    Posté par Den, 03 mai 2014 à 06:51 | | Répondre
  • .. excuses... parce que j'étais grande....(7ème ligne)

    Posté par Den, 03 mai 2014 à 06:53 | | Répondre
    • Den :
      Merci de tout coeur pour votre témoignage très émouvant. Il est des sujets
      qui nous parlent plus que d'autres, qui nous touchent parce qu'ils nous
      renvoient à des sensations vécues consciemment ou non.
      J'ai écrit sur le thème de la Shoah de tout petits textes, du style de
      celui, un pour les défis du samedi " Jacek le chef de gare "
      http://sabledutemps.canalblog.com/archives/2011/11/13/22626456.html
      et un autre pour les Impromptus littéraires " voyage "
      http://sabledutemps.canalblog.com/archives/2010/12/06/19436409.html
      Connais-tu le camp des Milles ?. J'y suis allée à l'automne dernier, j'ai
      publié un billet et des photos sur cette visite.
      Bonne soirée Den

      Posté par sabledutemps, 03 mai 2014 à 21:59 | | Répondre
Nouveau commentaire